Menu
EDITO :

C'est souvent autour d'un petit café que fleurissent les idées sur les évolutions de notre environnement marketing, social, ou médiatique. Retours de week-end ou de séminaire ?

Lendemain de veille, ou veille de jour "J", la machine à café d'Openfield en entend tellement, qu'elle n'a pas pu résister à l'envie de publier un petit florilège...

Marketing de marque

"Branding" ou le marqueting avec un "Q".



Au vocabulaire anglo-américain du marketing compte désormais le "branding", littéralement "marquage au fer rouge", qui formalise le travail accompli autour de la marque pour lui insuffler un contenu perceptible par le public.

Une société n'est pas une marque, un logo n'est pas une marque, une marque, c'est davantage.

La première destination de la marque c'est différencier le produit, pour qu'il se trouve facilement (on marque un animal du troupeau pour le repérer, le retrouver), pour qu'il se différencie des autres (mon produit n'est pas le même que le concurrent), pour qu'il se singularise (mon produit est le seul à avoir ses qualités).

Afficher ma marque ne suffit pas, encore faut-il la nourrir pour que mes produits sortent du peloton. Quand les décisions de mon client sont dictées par les émotions davantage que par les réflexions, celles-ci découlant des perceptions davantage que des observations, il convient de faire les efforts nécessaires pour construire une contenu de marque, basé sur mes avantages concurrentiels. Ce contenu, ce n'est pas ce que je dis au nom de ma marque. C'est la façon dont mon client perçoit mon entreprise, mes produits, mes services, mon expression, mon comportement, mon esthétique et mes valeurs.

Les moyens et les idées pour y parvenir sont nombreux et variés, mais l'idée générale reste la règle : je parle toujours de ma marque comme de la meilleure. Quitte à ce qu'elle le devienne si elle ne l'était pas encore...



< Retour Cafétéria