Menu
EDITO :

C'est souvent autour d'un petit café que fleurissent les idées sur les évolutions de notre environnement marketing, social, ou médiatique. Retours de week-end ou de séminaire ?

Lendemain de veille, ou veille de jour "J", la machine à café d'Openfield en entend tellement, qu'elle n'a pas pu résister à l'envie de publier un petit florilège...

Publicité agricole : "Business" ou "Consumer" ?

Business to Farmer



La publicité agricole doit-elle se réclamer du business-to-business ou du business-to-consumer ?
En regardant de plus près, on note que l'agriculteur est, de fait, l'utilisateur final du produit qu'il acquiert. Il en est aussi le financeur et le décideur impliqué. Cette unicité de personne définit en théorie le cadre "business-to-consumer". A ceci près que les achats en cause sont destinés à l'exercice d'une profession à haute intensité capitalistique, comprenant des investissements amortis en comptabilité. Nous sommes donc également dans l'univers du professionnel, business-to- business.

Les actions marketing à destination de l'agriculteur, alors ?
Doivent-elles se soumettre à la logique B-to-B ou à celle du B-to-C au risque de manquer une part de la cible, qui reste très hétérogène ?
En effet, il est constaté depuis longtemps qu'il n'y a pas "un" agriculteur mais "des" agriculteurs, segmentés par la géographie, par les productions, par l'économie et par les structures, parallèlement à la sociologie et aux comportements.

Cette cible marketing est néanmoins constituée de professionnels indépendants, détenteurs de terres agricoles, investisseurs en équipements lourds, gestionnaires d'entreprise et cependant fortement impliqués personnellement dans leurs achats et dans leur relation à la distribution agricole, coopérative ou privée, et se reconnaissant dans les valeurs paysannes. S'adresser à eux comme à de purs "businessmen" serait limitatif, de même que les considérer comme des simples acheteurs "consommateurs".

Notre spécificité "B to F" est d'emprunter au deux univers : utiliser les leviers marketing "pro" pour faire jouer les ressorts de l'humain. A l'agence, nous avons une double culture marketing et agricole, et une expertise particulière de la population des agriculteurs, dont nous sommes issus, avec les expériences de la vente aux entreprise, du marketing, de l'industrie, de la communication, la conception de milliers de messages publicitaires, des études de terrain, du métier des données. Il semblerait donc que l'agriculture conduise à tout, ou inversement. Business to Farmer ou Farmer to Business ? ;-)



< Retour Cafétéria