Menu
EDITO :

C'est souvent autour d'un petit café que fleurissent les idées sur les évolutions de notre environnement marketing, social, ou médiatique. Retours de week-end ou de séminaire ?

Lendemain de veille, ou veille de jour "J", la machine à café d'Openfield en entend tellement, qu'elle n'a pas pu résister à l'envie de publier un petit florilège...

Projet OSE - OpenSource Ecology

La machine agricole du futur sera-t-elle minimaliste et collaborative ?



Reconverti en agriculteur, le docteur en physique fondamentale Marcin Jakubowski a décidé de remettre en question la pertinence des innovations technologiques permises par les récentes avancées de l'informatisation et de l'ingénierie. Pour lui, la complexification des machines que nous produisons, adaptées aux demandes des marchés riches, est un frein au développement, et va à l'encontre d'une optimisation rationnelle qui serait au bénéfice de la planète et surtout de ses occupants les moins fortunés.

Depuis 2008 des centaines d'agriculteurs du monde entier ont rallié son projet participatif visant à concevoir des bases cinématiques communes, compatibles et optimisées, permettant de produire les "50 machines nécessaires au démarrage de la civilisation", qui a déjà recueilli 650 000 dollars de dons.

Ces machines ne répondent strictement qu'aux seuls besoins essentiels et doivent pouvoir être construites par tous avec les ressources locales. Depuis 2013, le collectif a construit et testé dans la Factor e-Farm du Missouri 16 machines "constructibles en 6 jours par 2 personnes" à un coût 8 fois moindre que leurs équivalentes industrielles. Moins complexes et plus modulaires que les machines de marque, leurs créateurs comparent leur bénéfice à celui d'un Linux transparent et collaboratif vis-à-vis d'un Windows coûteux et hypertrophié.

La question de savoir ce qui est "optimal" reste néanmoins épineuse, suivant que l'on considère d'optimiser le coût de production, les rejets polluants, la performance en production… l'optimum se révèle alors une notion davantage arbitraire et liée aux conditions d'utilisation. Ne doutons pas que ces émules de la décroissance ont négligé d'optimiser la productivité et le pouvoir de séduction de leurs créations.

La science fondamentale reste ainsi bien éloignée des réalités, où les lois économiques rappellent d'intégrer le facteur humain. De fait, l'homme reste avant tout un client - et réciproquement.



< Retour Cafétéria